Maki fleur au chou rouge et pignons de pin

makis original printemps

Oui, on y est presque !

Si comme moi tu refuses obstinément à partir de mars d’enfiler ton manteau – et que forcément tu attrapes un rhume, petit(e) malin(e). Si tu guettes les bourgeons dans les arbres et les tiges de jonquilles dans le sol. Si tu te remplis les oreilles du chant retrouvé du merle.

Alors, tu voudras toi aussi célébrer l’arrivée officielle du printemps par ces makis en forme de fleurs, et plus précisément de fleurs de prunier, qui sont parmi les premières à s’épanouir. Au Japon, on les accueille avec une grande ferveur, comme le premier acte du printemps avant l’apothéose des cerisiers en fleur. On se rend dans les parcs répertoriés, et on sirote de l’amazaké, un type de saké sucré et très peu alcoolisé au goût de bonbon. Lorsque je vivais à Tokyo, j’étais allée rendre visite aux pruniers en fleur par une froide journée, et je me souviens encore de la sensation délicieuse de la première gorgée d’amazaké doux & aigre à la fois : je te raconte tout dans cet article-ci.

maki technique

Mais revenons à nos makis. Certes, comme les makis mosaïques, ce ne sont pas des makis que tu fabriqueras vite fait un dimanche soir. Ce sont des sculptures à eux-seuls, et certains trouverons un peu ridicule de se donner tant de mal pour quelque chose de si vite englouti. Ce qu’ils ne savent pas, c’est le moment de pure détente concentrée que t’ont offert ces makis, le plaisir de voir ton riz se teinter de violet. Et aussi la satisfaction de participer en le célébrant à l’arrivée du printemps. Car c’est cela cuisiner avec les saisons : s’enraciner dans le temps, faire corps avec lui, s’en nourrir au lieu de le subir. Ici, tu remarqueras que les ingrédients sont hivernaux, mais la forme elle, est printanière : un maki de transition, autrement dit.

Au goût, ces makis sont à la fois très simples et sophistiqués : le piquant du chou qui se combine si bien à la sanilité pleine de profondeur du shoyu, avec la rondeur gourmande des pignons de pin pour gouleyer le tout. La recette ci-dessous, pour préparer le riz vinaigré, c’est par ici !

maki fleur recette

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

25 réponses à Maki fleur au chou rouge et pignons de pin

  1. Très belle recette! Ca sent bon le printemps

  2. Madagascarian dit :

    coucou,

    je trouve que c’est très très bien expliqué et puis j’ai adoré ton idée donc merci pour la découverte, c’est aussi très beau à voir donc ça donne forcément envie d’en manger :D

    des bisous :)

  3. Céline dit :

    C’est absolument sublime ! Une merveille ! Merci pour toute l’inspiration que tu nous apportes ! :-)

  4. isabelle dit :

    Bravo Mathilda pour cette jolie recette !

  5. Amygurumy dit :

    Ils donnent vraiment envie de manger ces makis ! Je tenterai bien l’aventure ! Merci pour le partage ! C’est vraiment sympa d’avoir une solution pour colorer sans colorants alimentaires (j’y suis allergique). Les photos sont vraiment superbes !

  6. Audrey dit :

    Tout un poème ces makis! Absolument superbes!

  7. Je viens de découvrir ton blog et il est vraiment superbe. Tes recettes et photos me donnent l’eau à la bouche.

  8. Maëva dit :

    Super joli makis!
    Vivement le printemps! ;)

  9. Amélie dit :

    Non seulement ils sont beaux mais ils ont l’air succulents ! Et puis les pignons de pin… c’est LE truc qui fait la différence (le chou rouge aussi, mais ça n’empêche).

  10. mémé marino dit :

    C’est toujours un plaisir de regarder tes photos magnifiques qui donnent envie de se mettre aux fourneaux, avec une touche de poésie en plus…

  11. Anne dit :

    magnifiques photo/illustration/idée recette. J’ai tous les ingrédients à la maison mais ai-je l’audace d’essayer. J’ai fait des makis avocat récemment pour la première fois grace à votre site et ai adoré, J’en fait depuis régulièrement mais devrais être maintenant plus aventureuse et essayer cette dernière recette.
    Un grand merci
    Anne

    • Mathilda dit :

      Oui Anne, d’autant que les petits rouleaux sont faciles à faire, finalement la difficulté, c’est juste de couper le maki à la fin !

  12. Touret Sophie dit :

    Merci pour ce moment de poésie qui nous transporte loin là bas et tout près à la fois. (j’ai un cerisier japonais dans le jardin en début d’éclosion…. le feu d’artifice arrive) C’est un plaisir de fêter le printemps en faisant de la sculpture culinaire qui ravit le palais.
    Merci mille fois pour votre partage.

    • Mathilda dit :

      Merci Sophie, et quel chance le cerisier japonais ! Sans doute avec votre talent sauriez-vous inventer mille autres macis sculpturaux…

  13. Shirley Ruby dit :

    MAAAAANDIEU c’est mignon que ca en peut plus ! ^^ j’aime trop !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*