Hina-matsuri : une fête pour (nous) les pêches

Aujourd’hui 3 mars, c’est Hina-matsuri, célébré chaque année en l’honneur des petites filles, que l’on associent à la pêche dite momo.

Littéralement « fête des poupées« , il s’agit d’une fête très ancienne, à la différence de la Saint-Valentin, dédiée à protéger les petites filles des oni, démons. Attestée dès l’ère Heian (794-1185), c’est à l’ère Edo qu’un rituel très précis, tel qu’on le pratique encore aujourd’hui, s’établit. Quelques jours avant le 3 mars, on expose sur une sorte estrade tapissée de rouge, 15 hina-ningyo, poupées représentant la cour impériale (illustration ci-dessous). Au sommet, trônent l’obina, empereur, et la mebina, impératrice, puis sur les marches suivantes, viennent dans l’ordre : 3 courtisanes, 5 musiciens, 2 gardes, et 3 hommes de main. Sur l’illustration, ceux-ci sont munis de balais : un dépaysement plutôt le bienvenue, pour changer de la figure consacrée chez nous de « femme de ménage » !

Hinamatusri Dolls
Hina-matsuri, décor traditionnel – copyright David Wiley

Cet ensemble était offert aux petites filles dès leur naissance, par leurs parents et grands parents : je trouve très jolie, cette idée d’accueillir le nouveau-né comme personne à part entière, par un cadeau individuel. Aujourd’hui, Hina-Matsuri reste très populaire, pour le plus grand bonheur des petites filles, désignées stars du jour. Pour ceux qui se trouvent à Tokyo, faites un tour du côté des boutiques autour du temple d’Asakusa, dont certaines vendent les poupées traditionnelles. Celles-ci toutefois, sont de moins en moins exposées, par manque de temps et d’espace, à la faveur de poupées-origamis : pour les fabriquer visitez ce site d’origamis qui vaut vraiment le détour. Ou encore, on les met en scène dans certains sanctuaires shinto, comme sur cette vidéo du Shimogamo Shrine à Kyoto (je vous laisse apprécier les commentaires du vidéo-camériste).

O-hina "poupées, version origamis, avec l'obina à gauche et la mebina à droite.

En terme d’esthétique, toujours si soignée au Japon, on harmonise en blanc, rose et vert pâles, couleurs de la pêche. Une combinaison que l’on trouve notamment dans le hishi-mochi, gâteau de riz composé de trois couches colorées, initialement vert, blanc et rouge, que l’on expose avec les poupées traditionnelles (sur l’illustration, sur la seconde marche).

Hamaguri-Ushio-jiru, copyright Fuji Mama

 

Question menu, le Hina-matsuri donne évidemment lieu à la dégustation de mets particuliers, principalement :
- chirashi sushi : riz vinaigré parsemé de divers poissons et coquillages. Aux couleurs rose et vert de la pêche, préparez-le à l’avocat et au saumon trois façons, mon préféré. Réaliser le riz vinaigré selon cette recette de riz japonais, et recouvrir de lamelles d’avocats, de sashimis et d’oeufs de saumon, ainsi que d’un tartare de saumon cru, mélangé à un peu d’oignon vert réduit en purée.
- Temari sushi : des sushis en forme de ravissantes petites balles.
- hama-guri no ushio-jiru (illustré), bouillon clair de palourde, trouverez la recette de hama-guri chez la Mama Fuji, très joli blog que j’ai par la même occasion découvert.
- hina arare : petits gâteaux de riz recouvert d’un glaçage au sucre et coloré en blanc, vert ou rose.
- wagashis délicats aux couleurs et parfums de pêche.

Un menu à répéter à volonté pour garder la pêche (vous avez cru pouvoir y échapper n’est-ce-pas) !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

7 réponses à Hina-matsuri : une fête pour (nous) les pêches

  1. Sweet Faery dit :

    Merci pour cette jolie découverte, je ne connaissais pas cette fête !

  2. Le Citron dit :

    Merci pour cette découverte si poétique !

  3. Zazouille dit :

    Merci pour la description détaillée de cette fête ravissante, ton article est captivant et m’a permis d’apprendre beaucoup encore une fois !
    Ces poupées représentant la cour impériale sont somptueuses et c’est une belle tradition que de se les faire passer de mère en fille…
    Quant aux plats accompagnant cette fête, ils ont l’air délicieux…j’aime particulièrement les temari sushi… les hamaguri me font penser au roman éponyme d’Aki Shimazaki et au jeu qui consiste à retrouver les deux parties séparées d’un même coquillage… j’en ai vu une jolie reconstitution en visitant le château d’Himeji où deux femmes de la cour étaient représentées en train d’y jouer…
    Mais est-ce que l’on trouve des pêches en ce moment au Japon ? … et je crois qu’il existe un conte pour enfant qui s’appelle Momo-chan, un équivalent de notre petite Poucette occidentale il me semble… j’en ai entendu parler dans le roman « Pierrot la gravité » de Kotaro Isaka qui vient de paraitre en France…tu connais cette histoire ?
    Est-ce que c’est uniquement pour la fête des garçons que l’on fait voler des carpes Koi dans le ciel ?
    J’aurais beaucoup d’autres questions mais je ne vais pas abuser non plus…
    A très bientôt,
    Isabelle.

    • Mathilda dit :

      Bonjour Isabelle, je ne connaissais pas le joli jeu des hamaguris, merci pour l’enseignement ! Concernant les carpes koi, parles-tu du 5 mai, jour des enfants ? Elles représentent en effet les petits garçons et volent dans le ciel. Une autre drôle de tradition consiste aussi à leur faire prendre (aux garçons) un un bain infusé de « shobbu », feuilles d’iris. Je prépare sur le sujet un article, mais n’hésite pas à poser d’autres questions, je suis particulièrement bien placée pour chercher des réponse ;)

      • Zazouille dit :

        Oui, je crois bien que c’est le jour des enfants auquel je pensais alors, merci pour tes précisions , j’ai hâte de lire ton prochain article sur ce sujet !
        A bientôt,
        Isabelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>