La quête du cookie parfait, éloge de l’élasticité

Cookie parfait recette

Le cookie est avec le mochi daifuku ma douceur préférée au monde. Je suis régulièrement à la recherche de la recette parfaite, qui selon mes critères doit être divinement bonne, facile à faire, ET innovante en terme d’ingrédients.

Il y a deux ans à la même période (#marredelhiver #réconfort #régression ;), j’avais partagé avec toi une recette dont j’étais très contente : le cookie parfait, en toute humilité. Une recette végétale, qui aboutissait à de jolies cookies croustillants à l’extérieur, moelleux à l’intérieur. Ils m’ont longtemps servis de base, jusqu’au jour où ma soeur – elle aussi toujours à la recherche de l’ultime recette, mais sans le côté innovant – me sert les cookies parfaits de Clotilde du blog Chocolate et Zucchini, qui s’était fait elle-même le relais d’une publication de David Leite pour le New York Times.

Cookie vegan

Ces cookies étaient non seulement croustillants dehors et moelleux dedans, mais ils avaient aussi ce caractéristique essentiel au cookie qui m’avait jusqu’alors échappé : la chewyness. Il n’existe pas de traduction satisfaisante de « chewy » en français, l’identité sonore du mot décrit à elle-seule cette élasticité résistante que doit avoir un bon cookie. C’est d’ailleurs peut-être là que se situe le lien entre cookie et mochi ? L’élasticité, est la marque de fabrique par excellence de ces petites douceurs au nez poudré.

Mais revenons à nos cookies : la recette de Clotilde était absolument parfaite, à ceci-près qu’elle faisait un usage un peu trop traditionnel des ingrédients, et qu’au niveau du process de fabrication, c’était un petit trop compliqué pour la grande feignasse-es-cuisine-du-dimanche que je suis (mais en temps normal je suis super appliquée hein, ‘faut pas croire). Du coup j’ai légèrement raccourci la préparation et testé différents temps de pause au frais, et surtout j’ai testé avec plein d’ingrédients alternatifs pour arriver à une version végétale, et une variation au matcha (indispensable quand on parle de chocolat) :

Cookie matcha chocolat

La version végétale donne un cookie élastique, légèrement plus croustillant que la version classique, sa couleur est aussi plus foncée à version égale. Niveau goût, franchement c’est très difficile de départager entre les deux : tandis que l’on sent bien le beurre dans l’une, dans l’autre on sent plus le goût des autres ingrédients : chocolat, et matcha si tu en mets.

Nous avons aussi testé avec quelques noix concassées par l’homme : il fallait nous voir, tous les quatre attablés autour de l’îlot central, à débattre des différents ingrédients qu’il fallait mettre (pour les grands), à grignoter et suscoter tout ce qui pouvait l’être (pour les petits et les grands aussi).

Je te laisse donc faire ton choix…ou pas entre les deux versions !

PS : en écrivant ce billet, je viens d’imaginer un mochi fourré à la pâte crue de cookie, comme dans les « chocolate chip cookie ice cream »… tu imagines un peu ?!? OoOh mon dieu.

Version classique :

Cookie chocolat classique

Version végétale :

cookies vegan recette

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

14 réponses à La quête du cookie parfait, éloge de l’élasticité

  1. ça a l’air délicieux mais j’aimerais savoir avant d’essayer quel type de farine mets tu ? Car cela peut jouer beaucoup pour le résultat final. Pour des cookies j’utilise très souvent de la T55 ou 65, et toi ? Merci d’avance!

  2. Ava dit :

    Bonjour Mathilda,
    Merci pour cette recette absolument divine. Je l’ai testé ce week-end avec morceaux de chocolat 70% et noix concassées, et en doublant les proportions. Résultat des courses : il n’en reste déjà plus et il faut vite en refaire pour remplir la boite :) (ce que je faisais déjà avec ta recette du cookie parfait).
    J’ai eu un doute en voyant les 2 cc de matcha dans tes 2 recettes. J’en ai mis pour suivre scrupuleusement les indications mais je me demandais si c’était bien volontaire car nécessaire pour sublimer la recette (l’association choco-matcha est effectivement fabuleuse ! je découvre ça grâce à toi !).

    • Mathilda dit :

      Bonsoir Ava, merci pour ton petit mot et ravie que la recette te plaîse. Le matcha est en option, tu peux très bien t’en passer !

  3. Lorelyne dit :

    En phase « gla-gla » dans le frigo, je suis toute impatiente de les faire dorer au four et de les déguster! Suite du verdict stomatique prochainement… :) Merci beaucoup Mathilda.

    • Mathilda dit :

      Ouuh, tu me donnes envie de lancer une nouvelle fournée Lorelyne !

    • Mathilda dit :

      Ouuh, tu me donnes envie de lancer une nouvelle fournée Lorelyne ! PS : j’ai été sur ton site, tu fais un travail magnifique <3

      • Lorelyne dit :

        Beau soir!

        Un message pour annoncer un verdict positivement gourmand quant aux cookies macha-choco qui ont envahi la cuisine… :) et vont probablement établir logis un temps certain!

        Petits papillons au creux du ventre suite à tes mots concernant mon travail (étant très admirative du tien), merci merci merci… <3

  4. Lili dit :

    Bonjour,
    La recette tradi ressemble un peu à celle que je fais habituellement et c’est vrai que les cookies ne font pas long feu !
    http://lesateliersdhys.canalblog.com/archives/2012/06/11/24463202.html
    Merci pour la version végétale que je vais tester avec de l’huile de coco non désodorisée.

  5. Bonjour Mathilda,
    Parfois la vie est pleine de coïncidences vraiment heureuses : 1) je suis folle de la consistance élastique, trop rare sous nos latitudes (j’en avais même fait tout un très modeste article en rentrant d’un voyage au Japon) et 2) il me restait PILE 140 g de beurre (salé) (et un peu périmé, mais chut) à finir.
    J’ai donc deux boudins qui m’attendent sagement au frigo, et j’ai hâte de les enfourner :) Je reviendrai en donner des nouvelles !
    J’avais eu la chance de tester lors de vacances à New York le fameux cookie de Levain Bakery (et ses 40 minutes de queue, à la louche). Très américain : énormes, hyper beurré et sucré, tu te dis même « beaucoup trop » à la première bouchée, et finalement, tu y reviens par petites bouchées… jusqu’à épuisement des stocks. Ils sont servis tout juste sortis du four, ce qui te donne envie de les manger sur un banc au coin de la rue, mais à ce moment-là ils sentent trop le beurre et ne sont pas encore vraiment chewy… Les restes du lendemain sont vraiment meilleurs :)
    Mille mercis pour ces recettes en tout cas, dès qu’on aura fini les classiques, je tente les végétaux !

  6. Lénaïc dit :

    Coucou Mathilda
    Hum, je ne sais pas si je vais oser essayer, nous sommes ici tellement satisfaits de ta précédente recette, dont, outre la texture, j’apprécie particulièrement le fait qu’elle soit peu sucrée sans que l’on ait l’impression qu’elle manque de sucre… 200g de sucre pour 240g de farine, ça m’impressionne (oui, je suis facilement impressionnable), mais tu vends tellement bien la chewyness que, quand même, je ferais bien un petit test !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*