Okonomiyaki, la drôle de pizza japonaise

okonomiyaki pizza

Étrange… est le premier mot qui vient à l’esprit quand on lèche pour la première fois la vitrine d’un okonomiyaki-ya, un restaurant d’okonomiyaki. Pizza, mais aussi crêpe et omelette, l’okonomiyaki est tout à la fois et avant tout une bizarrerie très nipponne. Petite exploration…

Comptent-ils vraiment mettre tout ça ? La fabrication d’un okonomiyaki pur jus relève de l’art de l’empilement, guidé par un sens très spécial des associations. On a parfois l’impression que le principal but du jeu est d’agglomérer le plus d’ingrédients possible à la pâte, sans trop se soucier du goût final : chou, bacon, calamar, nouilles, mochis… tout ou presque y passe. Lorsque je vivais au Japon, je n’étais sincèrement pas vraiment tentée par cette tour de Pise compactée, dégoulinante de sauce. Car il y a cela aussi : une fois l’empilage complété, on en rajoute une couche en le tartinant d’une sauce spéciale sucrée-salée, de mayonnaise et de flocons de bonite séchée. Il suffit de visionner une de ces vidéos qui circulent sur le web pour comprendre : pour quelqu’un qui est sensible aux bonnes et belles choses, l’okonomiyaki ressemble à une des formes les plus accomplies de la malbouffe.

okonomiyaki recette

Mais observons-le de plus près encore. « yaki » signifie grillé, et « okonomo » pourrait être traduit par « comme vous voulez« . A la base il y a une pâte toute simple à base de farine, d’oeuf et de bouillon, à laquelle on ajoute du chou et puis tout ce qu’il nous plaît d’autre, avant de la faire cuire à la poêle et de servir avec une bonne petite sauce. Pas si effrayant, en fait l’okonomiyaki. Drôlement intéressant même pour cuisiner au quotidien : car comme la quiche, l’okonomiyaki est un concept fourre-tout, économique et rapide à faire. Il suffit juste de l’adapter au continu de nos placards, et même pas besoin de passer par la case viande ou poisson : avec des légumes de saison et une bonne sauce express, l’okonomiyaki version végé & maison est délicieux. La sauce quant à elle ne nécessite que quatre ingrédients : sauce soja, worcerstershire sauce, bouillon et fécule pour siruper le tout : tu trouveras tous ces ingrédients dans n’importe quel gros magasin. Les flocons de bonite sont ici remplacés par des graines de sésame mais tu peux choisir d’autres graines de ton choix et même du jambon séché très finement coupé si tu ne vises pas spécialement à cuisiner végétarien. La mayonnaise enfin, n’est pas absolument nécessaire, mais elle apporte ce visuel zébré qui fait la signature de l’okonomiyaki : ce serait dommage de s’en passer.

 

Avant de vous laisser à la recette filmée et celle dessinée, dernières précisions formelles : il existe en gros deux grandes écoles de l’okonomiyaki, celle d’Osaka, et celle d’Hiroshima. A Osaka on mélange tous les ingrédients avec la pâte avant de la faire cuire, tandis qu’à Hiroshima on procède plutôt par couches successives et on ajoute des oeufs frits ainsi que des nouilles. Tandis que l’okonomiyaki d’Hiroshima est un peu technique à confectionner, celui d’Osaka est d’une simplicité enfantine : et c’est précisément ce dont on a besoin pour la rentrée !

okonomiyaki recette

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

9 réponses à Okonomiyaki, la drôle de pizza japonaise

  1. Leclercq dit :

    Bonjour Mathilda! C’est toujours un plaisir de visiter ton blog. J’ai bien hâte de cuisiner et surtout de gouter cette omelette (moi qui est une grande fan de chou, d’oeufs et d’épices, au malheur de mon chéri!!), qui pinçe ma curiosité. J’ai été l’heureuse gagnante, il y a maintenant plus d’un an, du concours pour l’un de tes livres « mochi, mochi ». J’ai testé cette semaine le mochi à la crème de marron (c’est toujours un régal), et les prochains qui me tentent beaucoup, ce sont ceux, toujours aux marrons, mais avec un mélange d’haricot blanc, mélangé à la pâte. Ca sera long à préparer, mais c’est que du bonheur. Mardi prochain, c’est tes beignets aux aubergines, sauce miso qui nous attendent (les aubergines patientent déjà dans le frigo), et la semaine suivante, ça sera les courgettes goma-ae, et sauce terityaki maison, of course.
    Continue à nous faire rever et surtout à nous regaler! Des recettes sont jolies à voir, agréables à lire, un plaisir à faire, et ne parlons pas quand ils faut passer à table!
    Bonne continuation, et merci!
    (Et j’ai déjà demander au père Noel ton dernier livre: tout découvrir sur le miso) Hâte de le croquer aussi…

  2. Marie dit :

    Bonjour Mathilda,
    et merci pour ce merveilleux blog que je viens juste de découvrir!

    Comme toi, je n’ai jamais été très attirée par le okonomiyaki lorsque je vivais au Japon, justement à cause de la sauce. Ceci dit, j’en fais maintenant à la maison, généralement avec de la pancetta, et accompagné d’une petite sauce mayo au curry ou au wasabi, et c’est délicieux. Une excellente façon de manger du chou sans s’en rendre compte : )

  3. Ça a l’air très agréable j’ai eu l’occasion d’y gouter et je meurt d’envie encore

  4. Jin-chan dit :

    Je m’en suis fait à la rentrée précédente dans mon bento « un okonomiyaki rectangulaire, ça va être cool ! » mouais, j’imaginais l’effet qu’il allait faire en l’ouvrant mais… réchauffé il est tout moche xD

    Sinon je fais avec la fameuse farine à okonomiyaki, de l’eau et hop plus qu’à mettre mon porc et mes toppings~

  5. Lénaïc dit :

    Coucou Mathilda,

    Voilà, enfin testée, d’abord en suivant la recette à la lettre, c’était bien mais la sauce n’était pas tout à fait à notre goût (trop forte en worcestershire sauce), alors j’ai recommencé aujourd’hui avec une sauce façon hoisin, et ma fois c’était parfait. Super pour écouler du chou en effet ! Merci :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*