Quiche à la feuille de riz

Cela fait bien une année maintenant que l’on voit des feuilles de riz pointer leur nez un peu partout dans les rayons. Mais, à part le rouleau de printemps, on a pas trop d’idée sur la façon de les cuisiner. Et pourtant, elles ouvrent à une multitude de possibilités. Par exemple cette quiche ultra express, légère et sans gluten…

Je la décline ici avec des algues en paillettes, que l’on peut trouver en magasins type bio, et du fromage frais ail & fines herbes. Après tu l’agrémente bien comme tu veux : poireaux+chèvre, carottes+mimolette, ou encore tomate+échalotes, c’est toi qui vois ! La seule petite difficulté réside dans le moule rond qui doit avoir un diamètre plus petit que celui de la feuille de riz : le moule à soufflé notamment fonctionne très bien.

Si tu réalises cette recette, envoie donc une photo de ton oeuvre, je me ferai un honneur de l’inclure dans cet article ! Pour agrandir la recette, cliquer dessus.

16 commentaires

Tarte à la fraise façon cheesecake

 

Cette tarte-cheesecake, c’est l’homme qui m’en a suggéré l’idée. Lorsque, il y a deux ans de cela, après un ou deux lingots au citron et palet breton, il murmure l’air rêveur : « c’est très mon ma Mathilda, mais ce serait encore mieux avec ta bonne pâte sablée… »

Aussitôt dit, aussitôt fait…

Il s’agit d’une recette assez simple, qui a du peps avec sa crème citronnée au petit goût aigre caractéristique du cheesecake.

Pour cette recette, tu peux (dois !) préparer ta pâte maison : moi je ne jure que par ma pâte sablée magique à base de poudre à lever. J’ai utilisé les 3/4 de la pâte parce que je voulais une belle épaisseur type sablé breton pour épater l’homme, mais la moitié suffit largement…

Pour agrandir la recette, cliquer dessus, puis pour l’imprimer, cliquer droit.

 

25 commentaires

Pesto de graines germées

Rencontre d’un germoir devenu jungle, et dune puissante envie de pâtes… Pour faire germer mes graines, j’utilise le germoir Germline, mais on peut aussi s’en fabriquer maison : Melle Pigut te montre comment procéder.

Je trouve totalement grisant de faire germer mes graines : c’est fascinant, rapide (en 3 jours tu as déjà de grandes pousses) et varié, car il existe une multitude de sortes de graines. J’aime particulièrement les lentilles, que j’achète bio dans mon supermarché de proximité, et aussi les graines de radis au goût piquant. Puis je les cuisine en les invitant dans une salade composée, ou encore en les mixant avec différents condiments pour faire des steaks végétaux (vises ce burger là), ou bien ce délicieux pesto, réalisé à base de lentilles germées de 4 jours d’âge. A accompagner de spaghettis ail et persil, ici celles de Jardin Bio que je trouve délicieuses.

Sachant que les graines germées sont des bombes nutritionnelles et qu’il est préconisé de les consommer crues pour préserver tout leurs bienfaits, ce pesto est une bombe atomique de succulente sainitude…

Pour agrandir la recette, cliquer dessus, puis pour l’imprimer, cliquer droit.

 

10 commentaires

Bento orange

Nous sommes tout début mai et je ne sais pas vous, mais mis à part les fraises, les végétaux du printemps ont du mal à arriver jusqu’aux étals que je fréquente. Du coup, je me suis lancée dans la confection d’un bento orange, boosté à la vitamine C, parce-que ça peut pas faire de mal avec ce temps d’avril-ne-te-découvre-pas-d’un-fil.

Dans la salade d’orange, les petits bouts verts que tu vois ne sont pas des feuilles de menthe mais de basilic : si tu ne connais pas encore l’association, fonces-y. Avec de la fraise ça marche super bien aussi ;) Le shirashi quant à lui est le sushi des flemmards : tous les éléments y sont mais pas besoin de se lancer dans un atelier maki. Une fois le riz cuit et vinaigré (par ici la recette de riz pour sushi vinaigré), on saupoudre de paillettes de nori (à trouver dans les boutiques type bio), et de quelques crevettes et crudités.

2 commentaires

Pâtes soba aux agrumes et oignon nouveau

En ce jour tout dédié pour cuisiner, je te propose une petite recette de sobas, ces pâtes japonaise au sarrasin dont je t’ai parlé il y a quelques années. Des pâtes qui se mangent froides, dans un bouillon légèrement aigre-doux.

Au Japon, on réalise le bouillon avec du dashi, de la sauce soja, du sucre et du mirin. C’est délicieux : Camille Oger t’en parle davantage sur son blog Le Manger. Mais moi ici j’utilise un bouillon de légume tout simple, que j’assaisonne avec de la sauce soja, du jus d’orange et de citron. Et c’est aussi très bon ;) Le plat est tout en fraîcheur et délicatesse, insolite mais pas compliqué. Pour t’offrir une expérience totale, déguste-le comme au Japon, accompagné de l’eau de cuisson des sobas, au puissant goût de blé noir. Dans le genre zéro perte, on peut difficilement faire mieux.

Question approvisionnement, on trouve facilement des sobas dans les magasins type bio. Pour le bouillon de légumes, je l’obtiens en faisant doucement mijoter pendant 45 minutes O,5 litre d’eau avec 1 poireau, 1 carotte, une poignée de champignons et 1 morceau d’algue kombu breton que je trouve également dans mon magasin bio. Sinon, tu peux aussi faire appel aux bouillons déjà préparés : ceux d’Ariaké aux légumes ou aux crustacés seront parfait.

Attention, le muguet n’est pas comestible, voire très toxique, c’est vraiment juste pour la mai-touch hein ;)

Pour agrandir la recette, clique dessus, puis pour l‘imprimer, clique droit.


 

14 commentaires

Makis en mosaïque

Find english recipe at the end of this article.

On dirait de petits bijoux de riz, tu ne trouves pas ? Quand on cuisine un plat un peu compliqué, il peut arriver de se demander l’intérêt de se donner tant de mal pour créer quelque chose destiné à être regardé une poignée de seconde et aussitôt englouti. Certes.

Mais, en fait, si on devait tout faire au plus simple, on finirait par ne plus rien avaler que des Soylent tous les jours de sa vie. Un joli plat, c’est comme un bouquet de fleurs, l’odeur du café fraîchement moulu, la bergamote dans le thé : c’est superflu et pourtant essentiel pour te faire lever le matin.

En parlant de trucs qui te font du bien : connais-tu le groupe Fauve ? Une musique pleine de souffle, des paroles affûtées qui fait couler la lumière jusque dans le plus noir des recoins.

Bon ok, c’est pas tous les jours quand même qu’on peut s’atteler à ces makis-là. Ceci dit, je tiens à te rassurer sur le fait que c’est en fait beaucoup plus simple qu’il n’y paraît, vraiment. En me lançant dans leur préparation, j’avais prévu un beau lot de riz vinaigré en prévision des inévitables ratages. En fait, j’ai réussi du premier coup. Le tout est d’être bien équipé : tout le secret du tranchage de sushi réside dans une lame aiguisée, parfaitement propre et humidifiée. Avant de makiser, installe donc à côté de toi un bac rempli d’eau et d’un linge humide, comme au Japon.

Avant de s’atteler à la recette, vois ces 7 règles d’or pour un riz japonais parfait, et ces coneils pour préparer du riz vinaigré pour sushis. agrandir la recette, clique dessus puis pour l’imprimer, clique droit.

Recette illustrée de maki en mosaÎque

Here the english version. Click to enlarge it.

pretty maki sushis diy

29 commentaires

Burger de lentilles trempées

Find the english recipe at the end of this article :)

Voilà plus d’un an que nous avions proposé une vegan burger battle, à l’aune de l’engouement pour la junkfood version végétarienne. Depuis, la tendance n’a fait que s’intensifier et a vu des perles de publications telle le Veggie Burger de Clea & Estérelle Payany aux éditions de La Plage.

Il faut dire que les possibilités de déclinaisons de ces green-burgers sont immenses et terriblement séduisantes, mariage sulfureux de la diététique & de la pornfood.

Et pour cette recette-ci, j’aimerais te faire part d’une récente découverte : les lentilles trempées.

Tu l’auras remarqué je suis totalement germée ces derniers temps. Sans aucun doute sous l’influence du printemps, et aussi d’une toute nouvelle boîte à germer. Or, la semaine dernière, j’avais mis à tremper la nuit des lentilles. J’avais déjà lu qu’à ce stade, certaines petites légumineuses devenaient très digestes. Par curiosité, j’ai donc croqué dans une lentille : loin de sa dureté de la veille, sa texture s’est révélée prodigieusement tendre.

Quelle bonne surprise ! Il était possible de les mixer directement sans passer par la case cuisson. Et voilà comme associée à un petit morceau de citron confit & quelques grains de raisin, mes bêtes lentilles sont devenues so good, so glamour, so green burger…

Burger aux lentilles trempées

To enlarge recipe, click on it then click right to print it.

vegan burger with soaked lentils

 

16 commentaires

Salade totalement germée

Après la salade totalement courge d’automne dernier, voici une salade pour les voraces de printemps, les affamés de cet alliage doux-amer qui le caractérise. Avec le piquant du radis, la douceur des mangetouts et bien sûr l’acidulé-sucré de la fraise, reine des étalages. Pour se gorger de ces belles couleurs qui partout fleurissent dans l’herbe, sur les branches, dans le ciel.

Avec des graines germées aussi, que l’on trouve de plus en plus fréquemment aux rayons frais des magasins. Si tu ne connais pas encore, ce sont de vraies petits trésors nutritifs. Et c’est encore plus drôle de les faire germer chez soi comme quand on était petit, mais avec un germoir : plus pratique pour la récolte que le coton ;) Précisément, j’utilise celui-ci de la marque Germline et j’en suis très contente. C’est tout à fait fascinant et très simple. Il suffit de faire tremper les graines une nuit dans de l’eau, puis de les verser dans le germoir : trois jours plus tard, mes graines deviennent de petites pousses pleines de vitalité.

L’illustration ci-dessous a été réalisée pour Cook & draw : toi qui aimes les illustrations gourmande, tu vas t’y régaler (puis-je te demander par la même occasion de partager la recette par le lien facebook ou twitter ?). Du reste, ceux qui ne sont pas branchées english, trouverons la version très frenchy en fin de billet.

Pour agrandir la recette, clique dessus, puis pour l’imprimer, clique droit.

Salade totalement germée
Pour 4 personnes

300g fraises
6 radis
2 carottes
160g graines germées (ici lentilles et blé)
200g feta
120g haricot mangetout
Pousses de salade
Ciboulette
la vinaigrette : 1 cuil. à soupe d’huile d’olive, 1 cuil. à soupe de vinaigre de cidre, 4 cuil. à soupe de jus de pomme, sel & poivre.

Faire cuire les mangetouts en les plongeant 3 min dans de l’eau bouillante, puis les égoutter et les plonger dans de l’eau froide afin que leur belle couleur verte reste.
Emincer finement le radis et les carottes. Couper les fraises en morceaux.
Réaliser une vinaigrette en mélangeant les ingrédients.
Dans un saladier, disposer la salade, les légumes, les fraises et émietter par-dessus la feta. Parsemer de morceaux de ciboulettes et verser par-dessus la vinaigrette.

4 commentaires

Croque monsieur aux pissenlits

Find english recipe at the end of this article :)

Le début du printemps se résume tout entier dans ces fleurs solaires qui marquent le retour de la lumière. Le pissenlit fournit entres autres une parfaite illustration de l’adage « la nature fait bien les choses » car son apparition sur la moindre parcelle verte concorde pile avec le moment où notre corps a besoin de jeûner, ou se détoxifier, pour parler branché.

En effet le pissenlit constitue l’aliment purificateur par excellence. Comme le dit Passeport santé il est un « puissant tonique, nettoyeur du sang, stimulant de la sécrétion biliaire, capable de réveiller tout organisme qu’une alimentation riche et le manque d’exercice ont rendu paresseux », eh ouai.

Le goût du pissenlit évoque la suave amertume de l’endive. Il fait partie de ces aliments-cochons (mais que vas-tu t’imaginer là ?) où tout est bon, sauf peut-être la tige (et encore, je suis sûre qu’on peut lui trouver un usage : des idées ?). Ses feuilles en forme de flèches sont délicieuses en salade mélangées à d’autres pousses. Attention toutefois de les cueillir lorsqu’elles sont petites et d’un vert bien tendre, autrement elles seront terriblement amères.

Ses fleurs quant à elles, apportent en supplément une note de pollen, qui rend l’association avec le miel particulièrement intéressante. Pour les préparer, je les émince finement et les intègre dans mes salades composées, ou bien j’en fait des croque-monsieur très délicieux.

Chèvre+pissenlit+miel+cheddar = acidulé-amertume-sucré-douceur = Miam.

En son honneur, je t’ai concocté une petite recette hautement illustrée. Pour agrandir la recette, clique dessus, puis pour l’agrandir clique droit. Le pain pita peut être remplacé par deux tranches de pain de mie, si possible bio & complet.

To enlarge recipe, click on it, then click right to print it… and enjoy !

Dandelion croque monsieur recipe

12 commentaires

L’alimentation de bébé à partir de 8 mois

Après les débuts de la diversification alimentaire de bébé, la suite.

J’ai bien attendu avant de te proposer ce nouveau billet. Avec ma moussaillone, nous avons fait le plein de purées trop mixées, pas assez, trop coulantes, trop compactes. Et bien entendu nous (enfin surtout elle) avons peaufiné le catapultage de purée jusqu’à en faire un art. A bas le concept dépassé de toiles, nous c’est directement les cimaises que nous peignons, et puis les meubles, les habits, les livres,…

Niveau logistique :
De 8 à 12 mois, bébé va vouloir de plus en plus mettre la main à la pâte. Plutôt que de l’en empêcher et de transformer les séance repas en cauchemar, tu peux prévoir la logistique en conséquence :
- une portion de toile cirée à mettre sous la chaise de bébé
- une blouse imperméable (celle d’Ikea dans une matière qui ne se casse pas et sèche vite sont top) si tu ne veux pas finir fâchée à tous les coups. Et pour toi, un bon tablier. Si si.
- un plateau-repas-prêt-à-tout : avec la nourriture et l’eau, mais aussi quelques cuillères de rechange car bébé adore les balancer, ainsi qu’une voire deux éponges, et aussi un mouchoir.
- Dispose à portée de bébé un biberon d’eau, pour qu’il s’habitue à le manipuler et finisse par boire tout seul.
- des couverts et récipients en plastiques : pour parer les lancers de cuillères et autres vols d’objets. J’aime bien utiliser des cuillères en métal, car personnellement je préfère largement cette matière en bouche, mais probablement que bébé s’en fiche pas mal. En revanche j’opte pour du plastique lorsque bébé a mal aux dents, afin qu’il ne s’irrite pas davantage les gencives.

Niveau recettes :
- fini le mixeur : à partir de 8 mois, on introduit des aliments en morceaux dans l’alimentation de bébé. La fourchette devient l’outil incontournable pour de la confection de purées d’abord un peu plus compacte, puis de plus en plus grumeleuse.
- on y va  progressivement, avec des pomme de terre écrasées, puis on évolue vers des graines de couscous bien cuites, des lentilles écrasées, de petites pâtes comme celles en forme d’alphabet que l’on mélange à des purées de légumes.
- là encore, les petits pots tout faits peuvent te servir de référent pour savoir quel taille de morceaux introduire.
- pour les aliments, là tu peux te lâcher et proposer à bébé des légumineuses (lentilles, pois cassés, pois-chiches, c’est top pour le transit!) et tout plein de céréales : riz, blé, mais aussi maïs, millet, quinoa,…
- on introduit viande, poissons et oeuf très progressivement : pas plus de 20g par repas, soit l’équivalent de 3 cuillères à café. Et seulement au déjeuner : le soir, c’est purées de légumes tout court.
- ma recette express quand j’ai pas eu le temps : je verse un verre de lait dans une casserole, je fais chauffer et lorsque le lait frémit je saupoudre l’équivalent de 3 cuillères à soupe de polenta (ou semoule de maïs) , j’ajoute 1/2 cuillère à soupe d’huile, 1 cuillère à soupe de concentré de tomate bio, et je laisse épaissie 3 minutes. C’est prêt !

A titre info, voici le menu type de bébé de 8 à 12 mois conseillé par les pédiatres :

- Petit-déjeuner : biberon de 240ml d’eau + lait 2ème âge
- Déjeuner : purée (avec légumes + féculents + 20g viande, poisson ou oeuf + 1 cuil. à café huile ou beurre), 1 compote de fruits, de l’eau.
- goûter : biberon de 240ml de lait
- dîner : purée (légumes + féculents + 1 cuil. à café huile ou beurre), 1 yaourt, éventuellement 1 compote.

A savoir, que les différents aliments peuvent s’échanger en fonction des préférence de ton petit bout. Ma moussaillone par exemple, refuse sa compote après le déjeuner, mais l’accepte au goûter. Du coup, je lui donne un yaourt au déjeuner et je finis le dîner par un biberon…

Et s’il ne veut plus du lait en biberon ? Il est important de garder l’équivalent de 16 cuillères de lait en poudre 2e âge, qui apporte notamment plus de fer que le lait normal. Mais tu peux l’intégrer dans des bouillies : dissoudre 10g de fécule d’arrow-root (ou fécule de maïs) avec 21cl de lait de suite (soit 200ml + 7 cuillères de poudre), ajouter deux gouttes d’essence de vanille et mélanger jusqu’à ce que la préparation s’épaississe. Servir tiède ou froid, selon les préférences de bébé.

Et pour finir, voici deux recettes de purées du déjeuner qui changeront de l’habituel pomme de terre-brocoli-saumon, & du sempiternel poulet-courgette-riz. N’hésites pas à partager dans les commentaires ton expérience et tes trouvailles pour faire manger bébé !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
6 commentaires