Clafoutis au fromage blanc

Find English recipe at the end of this article.

Une recette qui a deux bottes : la première est la neige d’oeufs, une excellente idée de la talentueuse Mingou du blog La peau d’ourse qui apporte une texture plus aérienne. La seconde est le fromage blanc qui invite fraîcheur et onctuosité dans le clafoutis. On utilise habituellement du jus de citron pour aider les oeufs à faire une belle neige dense, mais avec du vinaigre de cidre ça marche très bien aussi et là où je vis, c’est bien plus local.

Savais-tu que le terme « clafoutis » était l’apanage des cerises ? Sinon, on l’appelle flognarde : avec des abricots, des prunes ou encore des framboises, ça marche aussi très bien… Ce type de préparation représente pour moi le dessert de l’été, et m’évoque une table dressée sous un arbre avec des bancs et des verres hétéroclites, le soleil qui joue dans les branches et l’odeur du tilleul en fleur.

Déguste le bien frais, accompagné d’un petit verre de rosé ou d’une tisane de queues de cerises !

Pour agrandir la recette, clique dessus puis pour l’imprimer, clique droit.


French style cherry cake

9 commentaires

Panzanella aux trois tomates

Pour cette dernière recette de printemps 2014, une recette qui ouvre grand les bras à l’été. La Panzanella est un plat d’origine italienne qui se mange froid, à mi-chemin entre la salade de tomates classique et le gaspacho.

Un plat qui va droit au but, je t’explique : souvent ce que l’on préfère dans la salade à la tomate classique, c’est le morceau de pain gorgé de sucs qu’on utilise pour pousser puis pour nettoyer l’assiette. La panzanella se propose d’y aller franchement, en invitant direct les bouts de pain préalablement grillés dans le plat. Laissés quelques temps à mariner au frais avec les tomates, ils s’imprègnent encore davantage de toute les saveurs. Un délice total et absolu, un subtil équilibre entre gourmandise et fraîcheur. Vraiment, merci les Italiens. Ceci étant dit, ils ont beau avoir inventé la Panzanella, qu’ils ne comptent pas sur moi pour les supporter au Brésil ! La gourmandise a ses limites hein ;)

Ici, j’ai fait la part belle à la tomate ananas, jaune, pulpeuse et sucrée, la noire de crimée, à la chair sombre et aromatique, et à la green zebra fluorescente et beaucoup plus douce au palais qu’elle ne le présage. Pour choisir de bonnes tomates, moi j’y vais au nez : si elles sentent bon, c’est gagné. En revanche même si elles sont tendres au toucher mais qu’elles n’hument rien, je passe mon chemin.

Dernier petit conseil : en préparant ta panzanella, veille à bien récupérer chacune des gouttes qui s’écouleront de tes tomates lorsque tu les couperas, pour le plus grand plaisir de tes petits bouts de pain…

Pour agrandir la recette, cliquer dessus. Puis pour l’imprimer, cliquer droit.



12 commentaires

Ketchup à la carotte

Find thé english recipe at thé end of this article.

Cet été sur les tables de pic-nique on dégaine son ketchup à la carotte qui va en étonner plus d’un. A décliner dans des burgers, hot-dogs, en guise de marinade…

Chaud lapin.

Pour agrandir la recette, clique dessus puis pour l’imprimer clique droit.

 

To read the recipe, click on it.

Carrot Ketchup



4 commentaires

Câpres de pissenlits

Quand on me lâche en Mayenne, je me transforme en squaw des prés et bat la campagne à la recherche de tout ce qui peut se manger. Ceux qui ont lu un certain article dans Ouest France m’ont vu fièrement présenter de petits pots au contenu verdâtre : des bourgeons de pissenlit vinaigrés que j’avais passé la matinée à cueillir et éplucher. Laisse-moi te parler un peu plus de cette nouvelle passion…

Pour la recette des croque-monsieurs aux pissenlits c’est ici. Et voici la recette : pour l’agrandir, clique dessus, puis pour l’imprimer clique droit.

 

 



4 commentaires

Quiche à la feuille de riz

Cela fait bien une année maintenant que l’on voit des feuilles de riz pointer leur nez un peu partout dans les rayons. Mais, à part le rouleau de printemps, on a pas trop d’idée sur la façon de les cuisiner. Et pourtant, elles ouvrent à une multitude de possibilités. Par exemple cette quiche ultra express, légère et sans gluten…

Je la décline ici avec des algues en paillettes, que l’on peut trouver en magasins type bio, et du fromage frais ail & fines herbes. Après tu l’agrémente bien comme tu veux : poireaux+chèvre, carottes+mimolette, ou encore tomate+échalotes, c’est toi qui vois ! La seule petite difficulté réside dans le moule rond qui doit avoir un diamètre plus petit que celui de la feuille de riz : le moule à soufflé notamment fonctionne très bien.

Si tu réalises cette recette, envoie donc une photo de ton oeuvre, je me ferai un honneur de l’inclure dans cet article ! Pour agrandir la recette, cliquer dessus.

16 commentaires

Tarte à la fraise façon cheesecake

 

Cette tarte-cheesecake, c’est l’homme qui m’en a suggéré l’idée. Lorsque, il y a deux ans de cela, après un ou deux lingots au citron et palet breton, il murmure l’air rêveur : « c’est très mon ma Mathilda, mais ce serait encore mieux avec ta bonne pâte sablée… »

Aussitôt dit, aussitôt fait…

Il s’agit d’une recette assez simple, qui a du peps avec sa crème citronnée au petit goût aigre caractéristique du cheesecake.

Pour cette recette, tu peux (dois !) préparer ta pâte maison : moi je ne jure que par ma pâte sablée magique à base de poudre à lever. J’ai utilisé les 3/4 de la pâte parce que je voulais une belle épaisseur type sablé breton pour épater l’homme, mais la moitié suffit largement…

Pour agrandir la recette, cliquer dessus, puis pour l’imprimer, cliquer droit.

 

25 commentaires

Pesto de graines germées

Rencontre d’un germoir devenu jungle, et dune puissante envie de pâtes… Pour faire germer mes graines, j’utilise le germoir Germline, mais on peut aussi s’en fabriquer maison : Melle Pigut te montre comment procéder.

Je trouve totalement grisant de faire germer mes graines : c’est fascinant, rapide (en 3 jours tu as déjà de grandes pousses) et varié, car il existe une multitude de sortes de graines. J’aime particulièrement les lentilles, que j’achète bio dans mon supermarché de proximité, et aussi les graines de radis au goût piquant. Puis je les cuisine en les invitant dans une salade composée, ou encore en les mixant avec différents condiments pour faire des steaks végétaux (vises ce burger là), ou bien ce délicieux pesto, réalisé à base de lentilles germées de 4 jours d’âge. A accompagner de spaghettis ail et persil, ici celles de Jardin Bio que je trouve délicieuses.

Sachant que les graines germées sont des bombes nutritionnelles et qu’il est préconisé de les consommer crues pour préserver tout leurs bienfaits, ce pesto est une bombe atomique de succulente sainitude…

Pour agrandir la recette, cliquer dessus, puis pour l’imprimer, cliquer droit.

 

10 commentaires

Bento orange

Nous sommes tout début mai et je ne sais pas vous, mais mis à part les fraises, les végétaux du printemps ont du mal à arriver jusqu’aux étals que je fréquente. Du coup, je me suis lancée dans la confection d’un bento orange, boosté à la vitamine C, parce-que ça peut pas faire de mal avec ce temps d’avril-ne-te-découvre-pas-d’un-fil.

Dans la salade d’orange, les petits bouts verts que tu vois ne sont pas des feuilles de menthe mais de basilic : si tu ne connais pas encore l’association, fonces-y. Avec de la fraise ça marche super bien aussi ;) Le shirashi quant à lui est le sushi des flemmards : tous les éléments y sont mais pas besoin de se lancer dans un atelier maki. Une fois le riz cuit et vinaigré (par ici la recette de riz pour sushi vinaigré), on saupoudre de paillettes de nori (à trouver dans les boutiques type bio), et de quelques crevettes et crudités.

2 commentaires

Pâtes soba aux agrumes et oignon nouveau

En ce jour tout dédié pour cuisiner, je te propose une petite recette de sobas, ces pâtes japonaise au sarrasin dont je t’ai parlé il y a quelques années. Des pâtes qui se mangent froides, dans un bouillon légèrement aigre-doux.

Au Japon, on réalise le bouillon avec du dashi, de la sauce soja, du sucre et du mirin. C’est délicieux : Camille Oger t’en parle davantage sur son blog Le Manger. Mais moi ici j’utilise un bouillon de légume tout simple, que j’assaisonne avec de la sauce soja, du jus d’orange et de citron. Et c’est aussi très bon ;) Le plat est tout en fraîcheur et délicatesse, insolite mais pas compliqué. Pour t’offrir une expérience totale, déguste-le comme au Japon, accompagné de l’eau de cuisson des sobas, au puissant goût de blé noir. Dans le genre zéro perte, on peut difficilement faire mieux.

Question approvisionnement, on trouve facilement des sobas dans les magasins type bio. Pour le bouillon de légumes, je l’obtiens en faisant doucement mijoter pendant 45 minutes O,5 litre d’eau avec 1 poireau, 1 carotte, une poignée de champignons et 1 morceau d’algue kombu breton que je trouve également dans mon magasin bio. Sinon, tu peux aussi faire appel aux bouillons déjà préparés : ceux d’Ariaké aux légumes ou aux crustacés seront parfait.

Attention, le muguet n’est pas comestible, voire très toxique, c’est vraiment juste pour la mai-touch hein ;)

Pour agrandir la recette, clique dessus, puis pour l‘imprimer, clique droit.


 

14 commentaires

Makis en mosaïque

Find english recipe at the end of this article.

On dirait de petits bijoux de riz, tu ne trouves pas ? Quand on cuisine un plat un peu compliqué, il peut arriver de se demander l’intérêt de se donner tant de mal pour créer quelque chose destiné à être regardé une poignée de seconde et aussitôt englouti. Certes.

Mais, en fait, si on devait tout faire au plus simple, on finirait par ne plus rien avaler que des Soylent tous les jours de sa vie. Un joli plat, c’est comme un bouquet de fleurs, l’odeur du café fraîchement moulu, la bergamote dans le thé : c’est superflu et pourtant essentiel pour te faire lever le matin.

En parlant de trucs qui te font du bien : connais-tu le groupe Fauve ? Une musique pleine de souffle, des paroles affûtées qui fait couler la lumière jusque dans le plus noir des recoins.

Bon ok, c’est pas tous les jours quand même qu’on peut s’atteler à ces makis-là. Ceci dit, je tiens à te rassurer sur le fait que c’est en fait beaucoup plus simple qu’il n’y paraît, vraiment. En me lançant dans leur préparation, j’avais prévu un beau lot de riz vinaigré en prévision des inévitables ratages. En fait, j’ai réussi du premier coup. Le tout est d’être bien équipé : tout le secret du tranchage de sushi réside dans une lame aiguisée, parfaitement propre et humidifiée. Avant de makiser, installe donc à côté de toi un bac rempli d’eau et d’un linge humide, comme au Japon.

Avant de s’atteler à la recette, vois ces 7 règles d’or pour un riz japonais parfait, et ces coneils pour préparer du riz vinaigré pour sushis. agrandir la recette, clique dessus puis pour l’imprimer, clique droit.

Recette illustrée de maki en mosaÎque

Here the english version. Click to enlarge it.

pretty maki sushis diy

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
29 commentaires