Le Miso, le découvrir & le cuisiner

couverture-miso

Aujourd’hui tu te sens fatigué(e), découragé(e), à fleur de peau ? Eh bien c’est normal, et le cas de beaucoup d’entre nous : ce lundi-là de janvier est la numéro 1 des journées déprimantes de l’année et possède même son petit nom, le « Blue Monday ». Et cette année, avec l’arrivée brutale du froid, de la neige (bon c’est joli aussi), des transports qui ne marchent pas, je parierai bien sur un Super Blue Monday. Une seule chose à faire : le dos rond, et la tête occupée à plein de trucs chouettes et salivants…

Bah tiens, comme la publication d’un (mon!) livre sur le miso, un aliment tellement bon et sain qu’il est administré par les médecins japonais pour contrer les effets néfastes de la nicotine ou encore des radiations nucléaires. Il s’appelle « Le miso, le découvrir et le cuisiner » et incarne la concrétisation de ma grande histoire d’amour avec ce produit unique, généreux et protéiforme, pilier de la cuisine japonaise. Pourtant, comme pour beaucoup d’occidentaux, ma première rencontre avec le miso ne s’est pas faite sur le coup de foudre, oh non. Je me souviens avoir l’impression de manger du Marmite à l’état pur (tu sais cet pâte noirâtre dont raffolent les British ;) ou bien une tapenade ultra-concentrée à laquelle on aurait ajouté des anchois et du caramel pouah O¨O. Rien à voir avec la soupe miso au goût sibyllin que j’avais l’habitude de déguster à Paris. Là c’était foncé, pâteux et ça partait dans tous les sens.

miso-mosaique

Mais vu comment s’en délectaient les Japonais, je savais que je manquais quelque chose. Je me suis donc mise en mode Petit-Prince et j’ai tenté d’apprivoiser le renard miso. Si tu me suis depuis suffisamment longtemps, peut-être as-tu assisté à ma miso-gression. J’ai commencé doucement, avec du riz, des carottes, du chou et du miso. Puis j’ai enchaîné sur l’association poireau-miso, qui est l’une des meilleures qui existent et là *flash* coup de foudre à retardement… Depuis, je n’ai eu de cesse que de trouver de nouvelles façons de le cuisiner, tant et si bien que l’idée d’un livre a bientôt pointé son nez : tout le reste, je te le raconte dedans !

Tu y trouveras des conseils pour choisir le miso, mais aussi pour le déguster à la manière dont on déguste chez nous vin et fromage. On y parle aussi du miso spécifiquement français, produit par Danival, cette entreprise avec laquelle je suis tombée en grande amitié : figures- toi qu’elle produit des misos bios, à partir de fèves de soja elles-mêmes cultivées en France dans le Sud-Ouest par Eric Berjon, un agriculteur qui travaille avec Danival depuis 1990. Le shiro miso que Danival vient tout juste de sortir est issu de cette belle collaboration : l’un, attendant que l’autre réussisse à cultiver la variété de soja adéquate. Ca, c’est du partenariat !

Puis les recettes se divisent en plusieurs parties : l’apéro, les soupes (ben oui !), festin nippon avec des recettes traditionnelles à base de miso, le miso au quotidien (utilisé à la mode de chez nous ;), les sauces et enfin les desserts !

miso-concours

Et pour contrer définitivement les effets néfastes du Blue Monday, je te propose  un nouveau concours pour gagner l’un des 5 exemplaires du livre. Pour participer, il suffit de suivre mon compte Instagram et/ou Facebook, et de commenter sous la photo du concours en tagant un ami. Le gagnant sera tiré au sort, la fin du concours aura lieu le 24 janvier à minuit, pour des résultats le 25 !

Pour acheter le livre, le mieux est de le commander auprès de la librairie la plus proche de chez toi : ça fera travailler ces boutiques si uniques, plutôt que de faire grossir encore les géants de la distribution globale :)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

15 réponses à Le Miso, le découvrir & le cuisiner

  1. mathilde dit :

    Je tente, ce livre a l’air top. J’adore le miso, j’en mets à toutes les soupes ;) (jeux de mot pourri ok je sors)

  2. Lénaïc dit :

    Du shiro miso chez Danival ? Je me demandais si ça allait finir par arriver, ça me réjouit, chouette !
    Et ton livre aussi me réjouit, je ne participe pas (je ne suis pas bonne à ce genre de concours), mais je pense bien que je vais l’acheter. J’arriverai peut-être à faire aimer le miso à mon amoureux ? Moi je l’aime, mais pour l’instant, quand j’ai essayé d’en planquer dans des sauces, ça lui a toujours rappelé l’alimentation pour chevaux… Pas terrible donc ! Je compte sur ton livre pour arranger ça ;)

  3. Eva dit :

    Coucou, super ton nouveau livre ! Il est sorti en même temps que le mien, je crois :) Félicitations, je sais à quel point c’est merveilleux de voir son livre en librairie !! Je participe à ton concours avec plaisir !
    (D’ailleurs, on devrait chacune s’envoyer un de nos livres dédicacé, hors concours, t’en penses quoi ?)
    Bises,
    Eva

  4. Joan dit :

    wow du miso. à part dans un petit bouillon d’eau chaude ou une sauce à salade je n’ai pas d’idées comment l’utiliser. Ce livre m’aiderait à l’utiliser plus souvent.

  5. Elodie dit :

    Super idée ce bouquin !! C’est toujours trop gros un pot de miso non pasteurisé, et je tourne un peu en rond sur les utilisations =)
    J’ai participé au concours un peu en retard je pense, mais si tu veux bien accepter ma participation ???

  6. Nathalie dit :

    Déjà conquise par votre 1er livre sur les Mochis, c’est avec un grand plaisir (et en salivant par avance !^^) que j’ai acheté ce 2ème opus. Tout comme le 1er, ce livre répond parfaitement à mes attentes et m’a fait découvrir moult façons d’apprécier cette pâte miso dont j’adore le goût.
    Merci d’avoir eu l’idée de ce bouquin. Je guetterai (avec impatience !) chez le libraire pour trouver vos futures sorties !

  7. Ping : » Cookies au chocolat et miso blanc | Clea cuisine

  8. stefan dit :

    Bonjour Mathilda, excellente idée que de faire un ouvrage autour du miso. J’ai toujours un pot dans le frigo pour la conservation (bonne ou mauvaise idée ?).
    Je m’en sers surtout à la place d’un bouillon cube ou pour aromatiser certaines sauces, voire dans des « fromages » végétaux.
    Une question, les recettes sont uniquement végétariennes (peut-être certaines végétaliennes ) ou trouve t-on des recettes avec viandes, poissons ? Merci

    • Mathilda dit :

      Bonjour Stefan, oui moi aussi je garde le pot au frais une fois ouvert : ça permet de le conserver plus longtemps. Dans le livre on trouve principalement des recettes végétaliennes, et quelques-unes avec poisson et viande.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*