Les daifukus roses et verts d’Hina-Matsuri

De Pop et l’éducation asexuée, au Japon, on en est très loin. Le 3 mars prochain, c’est Hina-Matsuri, une fête en l’honneur des « momos » ou petites filles, toute pleine de fleu-fleurs et de poupées. Comme je vous le présentai plus en détail dans ce billet-ci, il s’agit d’une fête très populaire et aussi très ancienne qui remonte à l’ère Heian  au VIIe siècle.

C’est aussi une fête qui annonce l’arrivée du printemps, par le biais du langage de trois couleurs : en marge du blanc qui évoque la neige, pointent le vert couleur de l’herbe qui ne pas pas tarder à pousser, et le rose qui évoque le fleurissement des pêchers symbole des petites-filles. Tout cela m’a donné une bourgeonnante envie de hanami, et je suis partie enquêter du côté des cerisiers du parc de Sceaux. Jamais entendu parler ? Normal : moi-même, c’est paradoxalement lorsque je vivais à Tokyo que j’ai tout appris tout de leur existence. Entièrement plantée d’essences nippones, la cerisaie de Sceaux est bien connue des Japonais, qui ne manquent pas de la gratifier d’une visite lors de leur passage au printemps. Toutefois, une fois sur place, il a bien fallu arriver à ce constat : pour le printemps, il faudra encore attendre :

 

Pour revenir au cas « Pop », bien que je ne sois pas du tout accro aux attributions systématiques du style rose/fille bleu/garçon, je reste quand même plutôt en faveur d’une éducation sexuée. Ne serait-ce que par égard pour notre corps, qui lui – sauf exception – ne laisse pas de suspens sur le sujet. Pour moi, cela revient à séparer encore et toujours  corps et esprit, une fâcheuse habitude héritée de notre Descartes national. Or je perçois au quotidien des preuves du contraire, ne serait-ce que lorsque je suis triste et que j’en ai les tripes toutes retournées. Après les tribulations du mariage gay, c’est un débat qui nous pend au nez. Et toi, quel est ton avis ?

Et pour ne pas réfléchir le ventre creux, voici une recette de Hina Matsuri Daifukus. Mis à part leur couleur verte et rose, ces petites douceurs n’ont à vrai dire rien de traditionnel. En fait, elles ont été adaptées tout spécialement pour toi, lectrice vivant en France, qui rêve de fabriquer des daifukus, sans pour autant sacrifier à la quête de produits introuvables et nécessairement hors de prix.

Ces jolies boulettes sont ainsi fourrées avec de la pâte d’amande maison d’une réalisation express et inratable, inspirée de l’une des recettes proposées sur Un déjeuner au soleil. L’enveloppe quand à elle est fabriquée non pas avec la traditionnelle farine de riz gluant appelée « shiratamako« , mais avec de la fécule d’arrow-root, que l’on trouve facilement dans les échoppes de type bio. Appelée également « kuzu » au Japon, elle se présente sous la forme de poudre ou de caillots blancs. J’en profite pour signaler que certaines marques semblent surfer sur la vogue japonaise pour vendre plus cher ce produit sous son nom japonais, aussi je vous conseille d’opter pour l’intitulé fécule…

Faut-il le préciser : ces douceurs sont 100% végétaliennes et sans gluten. Recette au format A4. Pour l’agrandir, cliquer dessus, puis pour l’imprimer cliquer droit.

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

41 réponses à Les daifukus roses et verts d’Hina-Matsuri

  1. Clea dit :

    Excellente idée de présenter une alternative bio aux farines japonaises introuvables !
    Juste un bémol sur le kuzu et l’arrow-root en fécule qui ne sont pas la même chose. Je pense que ta recette « tournerait » différemment avec du kuzu !

    • Mathilda dit :

      Bonjour Clea. C’est intéressant, car j’ai également tenté la recette avec du vrai kuzu lorsque je vivais à Tokyo, pour un résultat équivalent. Par ailleurs la traduction de kuzu que j’ai trouvée partout tant en anglais qu’en français est bien « fécule d’arrow-root ». Mais peut-être existe-t-il alors différentes sortes ?

  2. Hum, j’aime beaucoup ces daifukus !
    Il ne me reste plus qu’à trouver de la fécule d’arrow-root.
    Merci pour le partage et belle journée

  3. Girafe dit :

    C’est très joli, très girly et ça fait très envie !

  4. Tombouctou dit :

    Oh, c’est magnifique ! Et je crois bien que j’ai déjà tout les ingrédients dans mes placards. Le printemps n’est plus très loin… :)

  5. LeeYaa dit :

    Mmhm ça m’inspire bien ! J’ai très envie d’y goûter :)

  6. Bonjour, je découvre ton blog, j’adore le mélange de belles photos et d’illustrations pour les recettes, c’est tres beau, et beaucoup de travail j’imagine ! J’adore ces petits desserts que je mange au resto japonais… je revais d’en faire moi meme, ca va peut etre etre possible ;) merci !

    • Mathilda dit :

      Ce ne sont pas des daifukus très orthodoxes comme ceux dégustés dans les resto japonais, ça n’empêche qu’ils sont bien bons et bien plus simples pour nous à préparer !

  7. Fleur de lys dit :

    Bravo, tout à fait malin cette recette alternative. Même les Japonais s’y perdent avec toutes ces farines exotiques!

  8. Amélie dit :

    Formidable! Très heureuse de savoir qu’il existe une alternative au shiratamako. J’attendais mon prochain voyage à Barcelone pour en acheter chez mon japonais préféré mais grâce à toi je vais pouvoir m’y mettre de suite en passant chez mon marchand bio du coin!

    Merci merci merci!

  9. Claire-tte dit :

    C’est la première fois que je vois des daifukus à la pâte d’amande, mais franchement, l’idée est très bonne ! Ca change, c’est original, et c’est j’en suis sûre, très bon !

  10. julie dit :

    Ils sont trop beaux! Un rêve de petite fille, j’adore :)

  11. camichka dit :

    Daifuku à la pâte d’amande => bonne idée !
    pâte d’amande au thé matcha => super bonne idée !
    T’as mis mon petit cerveau en ébullition !
    Et le mochi à l’arrow root, au niveau goût et texture, c’est comparable à la farine de riz, ou pas ? parce que j’ai les deux, donc j’hésite…

    • Mathilda dit :

      Bonjour Camichka, si tu entends par « farine de riz », celle que l’on trouve ici et non le shiratamako, je te conseille plutôt la fécule d’arrow-root, au pouvoir épaississant plus fort.

  12. ça fait des semaines que je veux me lancer dans les Daifuku. Cette version à la pâte d’amandes me plait bien avec celle à la purée d’azukis maison ce sera parfait!

  13. Zitzie dit :

    Bonjour,

    Merci pour cette recette réalisée ce week-end, elle est délicieuse…
    Même si j’ai eu peur de me faire dévorer par le blurp émanant de ma casserole lors de la cuisson de l’arrow-root !
    Petite précision : si on prend du sucre glace bio (moins blanc), mettre plus de colorant pour obtenir du rose

    • Mathilda dit :

      Merci Zitzie pour ce retour. La séquence cuisson de l’arrow-root est effectivement un peu intimidante, on est tellement peu habitué à manipuler ce genre de texture !

    • estelle dit :

      pareil, la cuisson de l’arrow root a été assez homérique :-) et le résultat moins joli que sur la photo (voire franchement louche selon les mauvaises langues :-)) sûrement en partie à cause du sucre roux. Le goût du thé matcha est bien présent et ça c’est top. Quant à la consistance, c’était le summum de l’exotisme pour nos palais de normands !

      • Mathilda dit :

        Avec du sucre roux, le résultat a dû être effectivement différent en terme de couleur et texture. Pr l’arrow-root, la grande difficulté est de parvenir à la bonne consistance, on fait souvent l’erreur de ne pas suffisamment l’assécher, et du coup les mignons daifukus se transforment en monstres baveux et gluands *w*. Mais après qq essais, on sait et on s’en félicite ^v^

  14. Sweet Faery dit :

    Le printemps ? Où ça ? En France, je crois qu’on arrivera directement par la case été… Mais ta recette a tout pour me faire rêver, d’ici là…

  15. Ping : Menu VG du Vendredi #66 Nouvel an Chinois | Miam & Trucs

  16. Ping : Menu VG n°66 Nouvel An Chinois | Carnet de saveurs et senteurs

  17. Ping : Menu VG de vendredi 28 février N°66 – Nouvel an chinois! | The Green Cat

  18. Ping : Lili's (vegan) Kitchen – Recettes végétaliennes - Menu VG du vendredi N°66 – Nouvel an chinois

  19. Ping : Menu VG du vendredi 28 février 2014 – Spécial nouvel an chinois | Loetitia cuisine

  20. zhao dit :

    je n’ai pas faite la recette du daifuku mais ceci m’a l’air délicieux !!!

  21. Agathe dit :

    Miam ! Je veux apprendre à faire ça !

    • Mathilda dit :

      … plus qu’à ;) En vrai ça peut paraître intimidant, mais c’est très facile, il faut juste bien veiller à ce que la pâte de daifuku s’assèche bien avant de la manipuler. Pour vérifier, je prélève régulièrement des petits bouts que je malaxe entre mes doigts : si la pate s’étale mais résiste c’est bon, si elle adhère trop, je continue la cuisson.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>