Noix de ginko, cueillette citadine

Dans le paysage français, on voit de plus en plus souvent ces arbres à la silhouette pointue et aux jolies feuilles triangulaires. A l’automne, les feuilles devient d’or, et les branches de certains spécimens se chargent de petits fruits orangés qui ramollissent puis tombent.

Ceux qui en ont déjà ramassés, savent combien l’expérience peut-être désagréable : car ils dégagent une odeur nauséabonde, à mi-chemin entre le vomi et la crotte de chien. C’est dire. Mais ne te laisse pas intimider par ce fumet peu ragoûtant. Car sous la chair, se cache de petites noix au goût suave, empruntant à la noisette et aux épines de pin. On les aime beaucoup en Chine et en Corée mais c’est au Japon que je les ai connues et dégustées. Aussi, lorsque j’ai vu les gingko près de chez moi se charger de fruits que personne ne ramassait, j’ai enfilé mes gants.

La noix de ginkgo est cuisinée de plusieurs façons, notamment dans un délicieux flan salé appelé « chawan mushi« . On la déguste aussi sous forme de brochettes, juste grillée au charbon et salée. C’est comme cela que je la préfère. On servait ce met dit-on, en accompagnement du saké, car les noix de ginkgo permettraient de lutter contre les effets de l’alcool. On les dit aussi bonnes pour la digestion. Ne cherche plus, ce sont de parfaites candidates pour l’apéro ! Certes, il faut le mériter…

 

La texture de la noix de ginkgo n’a pas le croquant des oléagineux habituels, elle est plus tendre. D’une teinte crème, elle se colore d’un magnifique vert pistache lorsqu’elle cuit.

Pour agrandir la recette, cliquer dessus.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

13 réponses à Noix de ginko, cueillette citadine

  1. Chris dit :

    Je ne connaissais pas, les photos et la description donnent envie d’y goûter. Bonne journée

  2. Je ne connaissais pas le gingko sous sa véritable forme puisque je ne le consomme qu’en tisane hihi. Merci pour toutes ces infos intéressantes ! J’espère en croiser un, un jour, sur mon passage. J’ai trop envie de goûter !

  3. Je connais les ginko mais ignorais complètement que l’on pouvait en manger les fruits. Remarque à lire ce que leur odeur évoque, euh…
    Mais j’adore ta carte/dessin/photo de la recette, absolument ravissant(e). Encore bravo Mathilda !

  4. Lili dit :

    Ma mère en ramasse sur les champs elysées pour en faire des boutures, elle repart ensuite en métro avec un sac bien rempli dont se dégage ce délicieux fumet… si tu veux rire un bon coup un jour je te conseille de faire de même, les réactions des gens sont souvent drôles, entre celle qui remonte son écharpe sur son nez et celui qui regarde discrètement sous sa chaussure histoire de vérifier si cette affreuse odeur ne vient pas de là… :)
    Je ne savais pas qu’on pouvait les manger, mais j’avoue que l’odeur ne donne pas envie de s’y frotter… j’essayerai quand même !

  5. Anibé dit :

    Ooooh… quel courage d’avoir ramassé ces épouvantables choses malodorantes!!! ;-)
    J’ai acheté il y a pas mal de temps une boîte de noix de ginkgo, et je me disais qu’il allait bien falloir un jour les manger.
    Je cherche donc sur l’immatérielle Toile, et je tombe sur quelqu’un qui a eu l’admirable abnégation de faire une cueillette fraîche… Ayant eu l’occasion de humer ces graines à l’état naturel au Jardin des Plantes, je dois dire que je me demandais comment on pouvait bien les utiliser en cuisine.
    En effet, dans la boîte, on ne sent rien de rien (c’est même carrément fade).
    Donc, merci pour le mode d’emploi (enregistré), je n’hésiterai pas la prochaine fois (mais avec gants, promis!!!) :-D
    Cordialement
    Anibé

  6. Mei dit :

    Bonjour,
    Est-ce que vous connaissez où exact je peut ramasser les noix de ginkgo à Paris où à Lille ? À quelle mois ça tombre les noix?ca me intéresse beaucoup !! Un grand merci avance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*