« Osechi Ryori » | La cuisine du nouvel an au Japon

Akemashite omedeto gozaimasu ! Bien que nous soyons aujourd’hui le 11 janvier, je n’avais pas encore eu l’occasion de vous souhaiter la bonne année à la japonaise, voilà qui est fait !

Une fois n’est pas coutume : ce mercredi, ne parlons pas d’algues mais plongeons au cœur de l’Oshogatsu, nouvel an japonais. Auparavant, comme en Chine, Corée et Vietnam, le nouvel an était fêté au début du printemps. Ce n’est qu’en 1873, que le changement s’opère avec l’adoption du calendrier grégorien. Une rupture brutale mais qui semble aujourd’hui parfaitement intégrée, fournissant par la même occasion une nouvelle preuve de l’admirable capacité d’adaptation/appropriation des Japonais.

Car, loin d’être célébré avec sifflets et chapeaux pointus sur le dance floor, le nouvel an est, au Japon, la fête familiale la plus importante de l’année, et correspond davantage pour nous à Noël. C’est le temps pour chacun de retrouver sa famille autour de bons repas, et de se rendre au sanctuaire shinto pour tirer les prédictions de la nouvelle année. Au matin du premier janvier, on sert un assortiment de plats froids, que l’on accompagne d’un verre de saké du nouvel an, « o-toso », en disant : Akemashite omedeto gozaimasu ! Bonne année !

O-zoni, soupe du Nouvel An japonais, photographie de Marc Matsumoto sur Fresh Tastes

Ce sont les mêmes types de plats que l’on déguste les premiers jours de janvier, et pendant la quinzaine suivante. Car il est de tradition de ne pas cuisiner au début de l’année. Certains y voient la volonté d’éviter tout incident pouvant être signe de mauvaise fortune. D’autres, plus pragmatiques, rappellent qu’avant l’ère des kombini, tous les commerces étaient fermés du 1er au 3 janvier. Quoiqu’il en soit, il s’agissait d’un sacré défi que d’imaginer pour trois jours entiers, des mets festifs en suffisante quantité, et pouvant se conserver assez longtemps. C’est la raison pour laquelle nombre de plats du Nouvel An sont cuisinés avec une bonne dose de sucre et de vinaigre, qui y aident naturellement. En voici quelques exemples :

- L’incontournable « o-zoni » (illustration), seul mets chaud du repas, soupe comportant un morceau de « mochi », ce gâteau de riz très compact, que l’on grille au four ou au grille-pain. On en trouve une multitude de variations selon les régions, mais à Tokyo, elle est préparée à base d’un bouillon clair de poulet. Ici la version qu’en propose le cuisinier Marc Matsumoto, auteur du blog No Recipes (en anglais).
- Les kobumaki, des ballotins d’algue kombu, fourrés au poisson. Un vrai coup de cœur pour la fan d’algues que je suis : le recette viendra très vite. En attendant, vous les trouverez chez Hiroko. Les gestes aussi sont importants : voir cette vidéo sur I-Food.
- Le tataki gobo, à base d’un légume racine que je vous ai déjà présenté ici. Le gobo est cuit à l’eau, puis écrasé pour mieux absorber l’assaisonnement au sésame qui l’accompagne.

Et en guise de pièce montée, le kagami mochi, « gâteau miroir », illustré ci-dessus. Fin décembre, on voit pointer partout ces drôles de sculptures ventrues et lisses comme la surface d’un miroir : il s’agit en fait de deux galets de « mochi », gâteau de riz, empilés l’un sur l’autre, et surmontés d’un « daidai », orange amère japonaise. Le kagami mochi, c’est aussi une épreuve de patience : avant de pouvoir le déguster, on l’expose les 5 premiers jours de l’année, traditionnellement dans la « tokonoma », alcôve décoratrice et spirituelle de la maison.

Pour plus d’exemples de mets du Nouvel An, consultez aussi cet autre article de Marc Matsumoto.

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

4 réponses à « Osechi Ryori » | La cuisine du nouvel an au Japon

  1. Mingou dit :

    C’est si beau que tu vas me convaincre de réessayer l’aquarelle ! (désolée de ne pas parler du contenu, mais j’adore tes illustrations)

    • Mathilda dit :

      C’est vrai que l’aquarelle est difficile mais d’une telle finesse ! Pour réessayer auprès d’un maître, il n’y a pas mieux que Cezanne. Il y actuellement une expo à Paris qui montre certaines de ses natures mortes. Et sinon, je te conseille un livre que j’emporte partout : « les aquarelles de Cezanne » aux éditions Langlaude, à se pâmer….

  2. Françoise dit :

    Quelle bonheur de te lire car non seulement je voyage et j’apprends tout (:-) !) mais tu sais trouver les mots pour donner l’eau à la bouche de mets qui me sont pourtant bien inconnus ! Alors si je comprends c’est toi l’auteure de cette magnifique aquarelle… bravo, elle est remarquable. Akemashite omedeto gozaimasu ! Françoise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>