Mochi daifuku façon tarte à la fraise

mochi fraise

Ce mochi-là, cela fait très longtemps que je brûle de te le présenter. A vrai dire, c’est lui qui a été à l’origine même de Mochi Mochis, mon livre portant sur la pâtisserie japonaise, si exquise et pourtant si méconnue chez nous. C’est une douceur aux allures ovni-esques, comme on les affectionne au Japon, mais dont le goût donne une impression de déjà-vu, et plus précisément de tarte à la fraise. Un trait d’union entre France et Japon, tout en rondeur, fraîcheur et délicatesse.

Pour ceux qui atterrissent sur le blog et qui découvrent le mochi, un petit rappel de circonstance s’impose : le mochi est une préparation à base de riz gluant, que l’on peut déguster sous mille formes, en salé comme en sucré. Parmi les différentes déclinaisons du mochi, il existe une sorte appelée daifuku, et qui prend l’aspect d’une boule toute douce et poudrée, juste de la bonne taille pour se nicher dans le creux d’une paume. Sous son enveloppe élastique, se cache une noix parfumée à la texture fondante : traditionnellement, il s’agit d’anko, pâte de haricot rouge (azuki) sucrée, dont tu peux consulter ici la recette.

daifuku à la fraise

Le daifuku figure parmi mes pâtisseries préférées, toutes catégories confondues. J’aime sa texture douce et délicate, sa silhouette ronde et translucide qui renferme un coeur parfumé, déclinable à l’infini. Pour cette raison, je trouve que le daifuku mochi, est un peu la version nippone du macaron : même univers poudré, même dichotomie entre une préparation intérieure et une coque extérieure, même délicatesse. Toutefois, à la différence des macarons, le mochi est très peu connu : le servir à sa table, c’est s’offrir un moment de pure découverte et d’amusement.

Et ce mochi-là en particulier, est tout adapté pour faire découvrir sans effrayer la pâtisserie japonaise. Il s’agit d’une variation sur l’ichigo daifuku, ichigo signifiant fraise. Une fraise fraîche est enrobée d’anko (pâte de haricots rouge sucrée) et glissée à l’intérieur d’une boule de riz gluant. Ici, j’ai remplacé l’anko par une pâte d’amande spécialement onctueuse, qui évoque en goût la pâte sablée de nos tartes à la fraise. De sorte qu’en bouche, on découvre et on est rassurés à la fois. Ces hiatus gustatifs sont de vrais cadeaux à faire en cuisine : ils jouent avec nos repères, nous surprennent et nous montre un nouveau chemin dans un paysage déjà connu.

Au travail :) Pour agrandir la recette, clique dessus.

mochi amande recette

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

9 réponses à Mochi daifuku façon tarte à la fraise

  1. Amygurumy dit :

    Et voilà une autre recette que je tenterai avec plaisir ! Merci pour ton partage je cherchais une recette de mochi depuis un moment !
    En plus tes recette sont super bien expliqué avec des dessins c’est TOP ! MERCI <3

  2. Caroline dit :

    Bonjour, j’aurais aimé savoir si le livre « Mochi Mochis » ne comporte bien que des recettes végétaliennes ? Merci et meilleures salutations

    • Mathilda dit :

      Bonjour Caroline, les 40 recettes du livre peuvent être préparées par des végétaliens, il y a toujours des alternatives comme pour les dangos caramel au beurre salé, où je propose d’utiliser du beurre ou de la margarine. Seul le daifuku à la rose à base de biscuits de Reims n’est pas réalisable tel quel : mais il suffit de les remplacer ainsi que la crème végétale par 160g de shiroan (pâte de haricot blanc sucrée dont la recette est fournie dans le livre), soit 160g de shiroan + 2 cuil. à café d’eau de rose. Bon courage !

    • Mathilda dit :

      Bonjour Caroline, les 40 recettes du livre peuvent être préparées par des végétaliens, il y a toujours des alternatives comme pour les dangos caramel au beurre salé, où je propose d’utiliser du beurre ou de la margarine. Seul le daifuku à la rose à base de biscuits de Reims n’est pas réalisable tel quel : mais il suffit de les remplacer ainsi que la crème végétale par 160g de shiroan (pâte de haricot blanc sucrée dont la recette est fournie dans le livre), soit 160g de shiroan + 2 cuil. à café d’eau de rose. Bonne réflexion :)

  3. Albertine dit :

    Cette recette fait vraiment envie ! Le texte de la pâte d’amande dit de mettre de la purée d’amande mais il n’y a pas la quantité….

    • Mathilda dit :

      Albertine, tu as raison j’ai oublié de mettre la quantité ! C’est corrigé sur la recette, à savoir 40g de purée d’amande, si possible complète. Bonne préparation alors :)

  4. bimbimbap dit :

    Bonjour, je me demandais combien de temps les daifuku se gardent-elles (au frigo ou à température ambiante) ?
    Mis à part ça j’ai découvert ce site récemment (le St graal du XXème siècle *^*) qui est très présenté. Je cherchais depuis un certain temps un cite avec des recettes japonaises allant du salées au sucrées, notamment les patisseries… j’apprécie d’autant plus, étant végétarienne, les recettes salées :) donc merci bcp et bonne continuation !
    PS :Connais(sez)-tu(vous) un peu des recettes coréennes ?

    • Mathilda dit :

      Bonjour Bimbimbap, ravie que le site te plaise ! Les daifukus peuvent se conserver 2-3 jours, à température ambiante s’il ne fait pas plus que 20°C, ou au frais enveloppé de film. PS : j’adore la cuisine coréenne !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*